les tanneries


Dijon : Programme bibliothèque, cinéma, etc. de l’espace autogéré des Tanneries (février-mars 2010)

mis en ligne le 15 mars 2010.

Version mise en page disponible sur :
http://squat.net/tanneries/document...


Hola vosotrxs,

Des piqueteros argentins aux désurbanistes espagnols, en passant par les AMAP françaises, c’est notamment d’organisation collective que l’on vous invite à discuter ensemble ces deux prochains mois, avec, en toile de fond, cette question : quelles autonomies alimentaires pour ceux et celles qui ne peuvent plus avaler ce que le capitalisme nous propose ?

Et pour joindre pensée et action, nous vous invitons, dimanche 28 mars prochain, à une « manifestation pour l’accès aux terres et l’autonomie alimentaire », dont voici la présentation : Soyez de ceux et celles qui s’organisent, les mercredis aux Tanneries !

Pique-nique, concert, batukada, déambulation, action, interventions et débats...

Pour défricher ensemble les bases d’une agriculture, locale, directe, bio et s’émanciper collectivement du modèle productiviste et industriel...

Pour faire sauter le verrou de l’accès au foncier en zones rurales ou péri-urbaines…

Libérons les terres !

Avec la participation/intervention de : la Confédération Paysanne 21, de jeunes agriculteurs locaux, Le réseau européen « Reclaim The Fields », Plombières Environnement, Association Kir, Espace autogéré des Tanneries, les Faucheurs volontaires 21, « Food Not Bombs » Dijon, Le Groupe Libertaire dijonnais, Terres de lien 21.

RDV dimanche 28 mars, 13h, place Wilson

Plants, graines et kits de jardinier bienvenus !

Pour finir, sachez que l’atelier dessin que vous évoquions dans le programme précédent est confirmé, et que c’est donc les dimanches après-midi, à partir de 16h, que vous êtes invité·e·s à venir crayonner aux Tanneries !

Venga !


MERCREDI 24 FÉVRIER 2010

19H - "Soirée sur les luttes à Oaxaca" _ À l’initiative de l’Espace autogéré des Tanneries, du Groupe libertaire dijonnais, et de la CNT21.

La soirée commencera par une projection vidéo, suivie d’un repas, puis d’une discussion sur l’actualité de la résistance à Oaxaca, avec Cosme, du collectif VOCAL (Voix Oaxaqueniennes Construisant l’Autonomie et la Liberté - voir http://vocal.lahaine.org/). L’infokiosque (brochures, livres, films, sons, etc.) sera également de la partie !

Film "Oaxaca, entre rébellion et utopie"
De Miriam Fischer, Mexique, 2007. 6Omn, VOSTF
En mai 2006, au Sud-Est du Mexique, les enseignant·e·s de l’Etat de Oaxaca occupent le centre de la cité pour réclamer de meilleurs salaires et des conditions décentes pour leurs élèves. Le 14 juin, le campement des grévites est brutalement délogé. Le gouverneur en poste Ulises, Ruiz Ortiz, s’attire alors la colère de la quasi-totalité des secteurs de la société, provoquant les protestations de plusieurs centaines de milliers de personnes. La population organise sa résistance en autogérant la ville pendant près de 6 mois, grâce à différentes réapropriations, créations, formes de luttes… par le biais d’une organisation horizontale : l’Assemblée Populaire des Peuples de Oaxaca. Une répression militaire et policière d’une extrême violence (arrestations, disparitions, tortures, assassinats) va alors s’abattre sur le mouvement social. Ce film retrace de manière très dense la diversité culturelle, le contexte politico-économique et la conscience sociale des peuples oaxaqueniens, au travers de leur lutte communautaire pour un changement radical de société.

MERCREDI 3 MARS

17H - "Radio « Fréquence Paris Plurielle »
Émission spéciale du 26 janvier 2010
Les émissions "Au Fond Près Du Radiateur" et "Zero Hebdo" unissent leur horaire de diffusion pour une émission spéciale sur le procès en cours des 10 inculpés de l’incendie du Centre de Rétention Administrative de Vincennes. Comptes-rendus du procès, intervenants du collectif de soutien, témoignages de retenus, analyses en direct, historique de l’immigration en France…

19H - Réunion mensuelle d’activités

MERCREDI 10 MARS

18H - "Je hais les matins" & "Chroniques carcérales"
De Jean Marc Rouillan (Éd. Denoël, 2001 & Éd. Agone, 2008)
Jean-Marc Rouillan, arrêté et condamné à perpétuité fin des années 80 avec ses camarades d’Action Directe (Ménigon, Aubron et Cipriani), témoigne par le biais de chroniques de plus de 20 ans passés derrière les barreaux. De la centrale d’Arles à la prison de Fresnes en passant par Lannemezan, les décors changent peu et les conditions de vie s’améliorent rarement. Rouillan évoque les siennes, mais aussi celles des autres ses "collègues", ses "amis", ses "camarades". Il raconte le pays du dedans, la violence et l’arbitraire qui y règnent : les QHS, les longues peines, les matons, le travail en prison, les suicides... mais aussi les luttes, les solidarités et les échappatoires à la vie sous surveillance constante. En bref, ce bouquin permet d’affûter notre regard sur le monde de la prison en restant en lien avec la réalité des luttes extérieures passées ou présentes.

21H - "Starmania"
De Michel Berger & Luc Plamandon, 1978.
Opéra rock de la fin des 70’s, remis en scène en 1989. Nous sommes plongé-e-s dans un univers sombre, où les personnages sont à la fois conscient du monde qui les entoure, mais aussi perdus. Un opéra culte qui est, 30 ans plus tard, toujours autant d’actualité.

MERCREDI 17 MARS

18H - "Sortir de l’économie #10,
Existe-t-il une économie à visage humain ?"
Depuis plusieurs années en France et plus récemment autour de Dijon, les AMAP peuvent représenter une pratique "alternative" à certains comportements de consommation et amener à réintroduire des interrogations autant sur la production alimentaire, l’idée d’écologie, que le sens même des échanges "économiques". A l’heure où plusieurs centaines de personnes sont inscrites à Dijon en liste d’attente pour pouvoir entrer dans des amaps et où leur développement est bloqué notamment par le manque de possibilités d’accès au foncier pour des projets agricoles qui ne rentrerait pas dans les normes productivistes, ce numéro spécial de sortir de l’économie se questionne sur les manières dont les AMAP peuvent s’accomoder ou pas d’un écocapitalisme à visage humain. Les AMAP peuvent-elles être un "alternative" au capitalisme ? Permettent-elles de mettre en cause les catégories de base de son fonctionnement - l’invention de l’économie ? Permettent-elles d’envisager autre chose ? Tels sont les points de débats qui peuvent permettre d’orienter des pratiques collectives à venir.

21H - "El forat, el agujero"
Documentaire de Chema Falconetti, Barcelone, 2004.
Ce film retrace la lutte du Forat de la Vergonya, « trou de la honte », morceau du centre de Barcelone, qui, de ruines laissées par les spéculateurs occupés à démanteler le quartier, est devenu au cours d’une lutte exemplaire menée par les habitant·e·s et squatteurs, un jardin collectif autogéré. Ici, parole est donnée aux acteurs et actrices de cette histoire, qui ont choisi de résister au processus immobilier condamnant les classes populaires à l’exil de leurs quartiers et à la destruction des liens sociaux. Actuel & inspirant !

23H - "A Tornallom, la lutte pour la punta"
De Enric Peris & Miguel Castro, 45mn, 2005.
"A Tornallom" est un documentaire sur la lutte pour défendre les terrains irrigués utilisés pour la culture et connus comme "la zone verte de Valencia" en Espagne. Ces terrains étaient menacé par un projet d’agrandissement du port de commerce mené par la mégalomaniaque Maire de la ville et diverses entreprises commerciales. Le film retrace les évènements qui sont arrivés entre septembre 2002 et mars 2003, quand plus de 200 habitants de la Punta ont été expulsés de leurs maisons et jardins et qu’une partie de ceux et celles-ci ont été réoccupées et cultivés par de nouveaux arrivants s’alliant avec les locaux. "A tornallom" est le terme utilisé pour la collectivisation du travail et l’entraide entre les maraîchers.

MERCREDI 24 MARS

18H - "Sexe, race, et pratique du pouvoir"
De Colette Guillaumin.
L’ouvrage porte sur deux objets sociaux : le « sexe » et la «  race ». Il présente une pensée vouée à être découverte, déchiffrée et, pourquoi pas, à détruire des rapports d’oppression. En travaillant sur ces deux formes de dominations, Colette Guillaumin construit des outils de compréhension du monde qu’il est intéressant que tous et toutes s’approprient. C’est aussi une bonne approche d’un féminisme matérialiste.

21H - "Femmes affiches, femmes potiches, on en a plein les miches !"
37mn, voir http://publisexisme.samizdat.net/
Ce film retrace les luttes du Collectif Contre le Publisexisme durant l’année 2001-2002. Ce collectif féministe mixte lutte contre les stéréotypes sexistes véiculés par la publicité en privilégiant l’action directe (diffusion de tracts devant les magasins exposant ces pubs, occupation festive de ces mêmes lieux ou des agences publicitaires responsables, détournement d’affiches publicitaires). Le collectif s’investit sur des thèmes précis ayant partie liée avec le publisexisme et la construction des genres : actions festives lors de la fête des mères, campagne contre les jouets sexistes, débats sur le sexisme...). En plus de discuter de l’impact des stéréotypes sexistes, on pourra aussi en profiter pour aborder les autres normes véhiculées par la pub et réfléchir à des formes de résistance.

MERCREDI 31 MARS

18H - "Provo, Amsterdam 1965-1967"
De Yves Frémion, Éd. Nautilus, 2009.
"En juillet 1965, lors des manifestations contre le mariage controversé de la future reine des Pays-Bas, une poignée d’agitateurs se fait remarquer par son radicalisme et son imagination. Ce petit groupe devient un vaste mouvement (vite baptisé Provo par ses adversaires) informel, joyeux et non-violent. Héritier de la riche tradition anarchiste néerlandaise, il est surtout le foyer d’une réflexion dans des domaines alors encore très négligés, tels l’écologie, l’éducation anti-autoritaire, la critique du consumérisme, la liberté sexuelle, la rénovation urbaine, le féminisme, la démocratie participative, entre autres. Bien que s’étant autodissous dès juin 1967, Provo a profondément marqué la pensée contestataire actuelle, même si beaucoup ignorent ce qu’ils lui doivent..."

21H - "Busqueda piquetera"
Film documentaire de Jeanne Gaggini & David Planque, 62mn, 2005.
Les manifestations, émeutes et pillages de décembre 2001 ont révélé à la scène internationale la grave crise économique que traverse l’Argentine. Cependant dés le milieu des années 90, les licenciements massifs ont poussé les plus pauvres à s’organiser collectivement pour faire face à la misère. En dehors des structures syndicales ou politiques, apparaissent des mouvements de chômeurs et les premiers « piquetes » blocages de routes. À travers cette nouvelle pratique se développe une forme d’organisation basée sur l’horizontalité et une recherche constante d’autonomie face aux institutions. Tourné en 2003, «  Busqueda Piquetera » donne la parole aux piqueteros du MTD Solano (Movimiento de trabajadores desocupado).


Tous les mercredis à partir de 15h, l’espace autogéré ouvre sa bibliothèque, son infokiosque, sa zone de gratuité… et vous convie, à 18h, à des lectures, présentations et débats autour des ouvrages ci-mentionnés.

Ensuite, c’est apéro et auberge espagnole (chacun-e amène de quoi boire et manger - sans viande, svp), puis à partir de 21h, c’est ciné !

…sans oublier, chaque premier mercredi vers 19h, la « réu activités » de l’espace autogéré, moment de choix pour qui souhaite s’impliquer dans les projets existants ou amener de nouvelles idées !

Espace autogéré des Tanneries
15-17, blvd de Chicago
21000 Dijon

http://squat.net/tanneries/