THEMES

Education, système scolaire

13 juin 2017 - NÉBuleuse des échanges intergalactiques

Pourquoi aimes-tu le rose ?

(HTML) (PDF,2.6 Mo) (PDF,4.8 Mo)

Peut-être que tu n’aimes pas le rose. Mais si tu es une fille, il y a beaucoup plus de chances que tu aimes cette couleur que si tu étais un garçon. Tiens, pourquoi ? Est-ce que le fait de posséder un vagin influence nos préférences pour certaines couleurs ? Quel est le lien entre notre sexe et nos préférences ou notre personalité ? Pourquoi les femmes/filles et les hommes/garçons sont-ils différents ?

2 juin 2017 - Catherine Baker

Contre le manque à vivre

(HTML) (PDF,1.1 Mo) (PDF,1.1 Mo)

Le texte qui suit constitue le chapitre 9 du livre Insoumission à l’école obligatoire (publié en 1985), dans lequel Catherine Baker explique à Marie, sa fille de 14 ans, pourquoi elle n’a pas souhaité la mettre à l’école et aussi, de manière plus générale, son point de vue sur l’oppression des enfants.

Dans ce passage, Catherine Baker développe la problématique du temps et de l’organisation de la vie, deux choses copieusement dévorées par l’institution scolaire, qui sait, bien entendu, beaucoup mieux que les enfants ce qui est bon pour elleux...

17 avril 2014 - Des sauvages

Nous ne voulons pas être des étudiants, nous sommes des délinquants

(HTML) (PDF,1.6 Mo) (PDF,1.6 Mo)

Un texte de critique sur les étudiants, écrit en décembre 1998 à Madrid.

"Nous sommes conscients que nous sommes des Étudiants.
Mais nous sommes conscients que nous ne voulons plus l’être. Nous ne voulons pas nous habituer à des horaires et des espaces, nous ne voulons pas avaler de la merde, nous ne voulons pas apprendre leur idéologie, ni aucune idéologie. Plus d’intellectuels, plus de culture, plus d’art. Nous voulons aussi arrêter d’être étudiants. Mais nous ne voulons pas arrêter d’être des étudiants pour devenir des travailleurs ou autre chose. Nous ne voulons pas quitter un rôle pour en embrasser un autre.
"

23 décembre 2012 - Collectif

Non-sco

(HTML) (PDF,2.2 Mo) (PDF,1.9 Mo)

Des tas de gens très sérieux (puisqu’on les étudie en classe !) ont contesté avant moi l’École et l’État (sous ses formes publique et privée). On ne va pas leur enlever le pain de la bouche. Notre affaire à nous, c’est ce que, dans les milieux chics, on appelle le « passage à l’acte ».
Catherine Baker, Insoumission à l’école obligatoire

Recueil de citations contre l’école et la logique scolaire en général, 2012.

8 décembre 2012 - Max Stirner

Le faux principe de notre éducation

(HTML) (PDF,932.3 ko) (PDF,1.2 Mo) (web)

« Un savoir qui ne se purifie ni ne se concentre jusqu’à s’arracher vers le vouloir, ou, en d’autres termes, un savoir qui m’alourdirait, réduit à être mon avoir et ma possession au lieu de s’être si intimement uni à ce que je suis que le Moi, se mouvant librement, en rien entravé par un fardeau qu’il aurait à tirer, parcourerait le monde en préservant la fraîcheur de ses sens, un savoir qui n’est pas devenu personnel ne permet qu’une pauvre préparation à la vie. [...]

Si le besoin de notre temps, après la conquête de la liberté de pensée, est de poursuivre celle-ci jusqu’à l’achèvement qui la transformerait en liberté de la volonté et la réaliser comme le principe d’une nouvelle époque, alors le savoir ne peut plus être le but ultime de l’éducation ; mais ce rôle appartient au vouloir né du savoir, et l’expression parlante de ce à quoi l’éducation doit tendre s’énonce : l’homme personnel ou libre. L’essence de la vérité est de se révéler elle-même ; cette révélation passe par la découverte de soi, la libération de tout élément étranger, l’abstraction extrême ou liquidation de toute autorité, la naïveté reconquise. De tels êtres absolument vrais, l’école n’en livre point. »
Max Stirner, 1842.

20 juin 2012 - Adesso

Lettre Ouverte aux étudiants en lutte

(HTML) (PDF,617.5 ko) (PDF,4.3 Mo) (web)

Ce texte nous vient d’Italie, il compose le numéro 25 de la revue Adesso, feuille de critique sociale en provenance de Rovereto, dans la province du Trento en Italie. Il revient sur une lutte étudiante qui s’est déroulée en Italie l’an passé, contre le projet de loi Gelmini, prévoyant -tout comme la LRU en France- une réduction progressive du financement public de l’enseignement supérieur au profit d’intérêts privés, rien de bien original donc. Cependant, si nous avons décidé de traduire et de publier cette lettre, c’est que les remarques formulées ici sont aisément transposables au mouvement étudiant français. Nous pensons qu’elle mérite largement un coup d’oeil de la part des étudiants en lutte aujourd’hui, qu’elle peut peut-être déboucher sur des débats internes aux grévistes, du moins, à ceux qui n’en peuvent plus de voir leurs pratiques mises à l’écart par des assemblées générales souverainement démocrates et bureaucrates.

9 mars 2011 - Julien Barnier

La domination adulte

(HTML) (PDF,1.6 Mo) (PDF,1.6 Mo)

Une domination sociale n’est jamais aussi efficace que lorsqu’elle nous apparaît comme « naturelle » et demeure en grande partie invisible.

Les multiples rapports de domination qui structurent notre vie sociale sont visibles à des degrés divers : certains sont connus et reconnus (la domination masculine par exemple), d’autres ont été mis en évidence mais restent en partie cachés (on pourra citer la domination culturelle et symbolique).

On sait aussi que mettre au jour un rapport de domination ne suffit en rien à le faire disparaître, mais c’est pourtant une étape nécessaire : il faut prendre conscience de quelque chose pour pouvoir commencer à lutter contre.

Or il existe au moins un type de domination qui reste aujourd’hui presque totalement invisible, que nous côtoyons pourtant tous les jours, et pour lequel nous avons tous été à la fois dominé et dominant : il s’agit de la domination exercée par les adultes sur les enfants.

18 février 2011 - Spartacus , Zanzara athée

Des mouvements lycéens à Colmar en 2009 et 2010

(HTML) (PDF,542.9 ko) (PDF,645.7 ko)

Dans cette brochure se trouve principalement un récit écrit par un lycéen de Colmar après le mouvement lycéen de 2009-2010.
Ce lycéen dresse une analyse simple et efficace de ce qu’il y a vécu... et cela résonne avec ce qui peut se vivre, à peu de choses près, dans d’autres villes, depuis des décennies. A lire et à relire au moment de se lancer dans des mobilisations semblables, en plus des brochures, peut-être plus inspirantes, qui abordent les mouvements qui ont partiellement/temporairement réussi à déborder (voire dépasser) le cadenassage social-démocrate.

Ensuite, venant de Colmar également, un an auparavant, un exemple de « punition » est présenté comme un symptôme des rapports hiérarchiques qui opposent un maire et un proviseur à des lycéen-ne-s...

11 septembre 2009 - Danièle Rancière

La grève des écoliers - un épisode de la guerre sociale en Angleterre (1911)

(HTML) (PDF,1.5 Mo) (PDF,1.6 Mo)

Ce texte a été écrit pour figurer dans le numéro 3 de la revue Les Révoltes Logiques, consacré au thème des « Enfants du Capital », à l’automne 1976. Nos amis anglais de History Workshop nous avaient adressé la brochure de Dave Marson sur les grèves d’écoliers à Hull en 1911. Enseignant depuis 1971 au Lycée Montaigne, qui se trouvait à la pointe de la contestation lycéenne dans les années 1970 et y ayant connu plusieurs mouvements de grève, je m’étais sentie suffisamment inspirée par ce texte pour en faire non pas une traduction ou un résumé mais une libre adaptation.
Danièle Rancière

21 août 2009 - anonymes , Bachibouzouk

Un aperçu du mouvement anti-CPE à Alès

(HTML) (PDF,2.1 Mo) (PDF,2 Mo)

« La Mission Locale d’Insertion. On est allé là-bas. On a bloqué un peu, enfin on a parlé avec les gens. C’était une ambiance cool, c’était pas un affront, en fait. On a fait un blocus du rond-point des Mineurs. On a fait divers trucs, y a eu des taggages, y a eu des affiches un peu partout, notamment au Macdo. Et tout ça ça s’est fait à l’arrache. Et c’était beaucoup plus efficace que de faire un truc organisé. Comme autre truc, il y a eu la préfecture. On l’avait déjà fait. Mais là, on l’a refait spontanément, pareil. Il y a eu une prise de la préfecture pendant un petit moment. C’était un truc avec des ballons. Et ensuite, on est allé à un truc de police. On est rentré là-dedans, pareil, c’était avec des ballons, c’était plutôt cool, on s’est marré, on a fait de la musique, du bruit, tout ça. Au bout d’un moment, ça faisait un peu bide presque. Alors, après on est allé à la gare, pareil, on a fait des jeux dans la gare, on est allé un peu partout, on a fait tomber plein de trucs, tu sais au guichet y a des trucs, les files, on a fait tomber les trucs de files. Enfin voilà, on jouait, on foutait un peu le bordel, on était un peu envahissants. Et puis après, en fait, on voulait aller à la CCI, à la mairie, tout ça.  »

Longue discussion avec Grieg, un lycéen, quelques mois après le mouvement contre le CPE et son monde à Alès (Gard).

Paru dans Bachibouzouk n°1 - hiver 2006-2007.

12 juin 2009 - Collectif

« Aux armes ! » - Le mouvement lycéen en guerre contre l’État

(HTML) (PDF,21.4 Mo)

Grenoble a vécu lors du printemps 2008 un mouvement lycéen d’une intensité qui se situe dans la continuité des mouvements de révolte de ces dernières années (...).
Le titre de cette brochure fait écho au slogan principal de ce mouvement, celui qui était repris lors de chaque manif, connu de tous les lycées, avec une variante selon les moments :

Aux armes ! Nous sommes les lycéens en guerre contre Darcos / Sarko / l’État
Ce slogan résume à lui seul l’état d’esprit de ce mouvement : une révolte présente bien au-delà des projets de réforme du ministre de l’éducation nationale, une révolte qui a pu prendre corps collectivement, s’exprimant sur les lycées (notamment lors des blocages) et surtout dans la rue, agrégeant des tas d’autres personnes, ex-lycéennes ou déscolarisées, de tous âges (même si ce mouvement est resté « jeune » dans sa grande majorité).

Sommaire :
- Considérations préliminaires
- Chronologie du mouvement lycéen, Grenoble 2008
- Textes du mouvement lycéen
- Textes de la presse bourgeoise (dans la version PDF seulement)
- Quelques autres lectures pour aller plus loin...

27 mars 2009 - Collectif , Les Chemins de nulle part

Même pas sage... même pas mal !

(HTML) (PDF,1.8 Mo) (PDF,3.6 Mo)

« On les appelle enfants. Quand enfant devient trop ridicule, on parle des adolescents. La loi dit les mineurs. Des mots pour créer une séparation en fonction de l’âge. Des mots qui masquent et justifient l’oppression.  »

À l’heure où la dernière loi sur la prévention de la délinquance mijote au parlement, la jeunesse est de plus en plus prise en étau. Elle est encadrée par des dispositifs sécuritaires, publicitaires, culturels, toujours plus visibles, qui viennent compléter / renforcer les vieux modes de contrôle comme le travail, la famille, l’école – ou s’y substituer parfois. Ces dispositifs sont portés par un même mouvement qui, tout en utilisant la jeunesse comme emblème idéal de la marchandise, présente une partie d’entre elle comme bouc émissaire. Ils servent à faire intégrer dès le berceau ce que la grande majorité a déjà accepté et, parallèlement, à former des citoyens finis infoutus de se révolter. Les mouvements récents, des lycéens contre la loi Fillon, des émeutiers de novembre 2005 et celui contre le CPE et son monde, ont montré que les pouvoirs ne sont pas arrivés à leurs fins.
Les textes rassemblés ici, certains anciens, d’autres récents, tous d’actualité, aimeraient mettre un peu d’air dans une atmosphère empuantie par la propagande.

19 juin 2008 - Anonyme

L’enfance comme catégorie socialement dominée

(HTML) (PDF,650.1 ko)

Reflexions sociologiques sur le statut de l’enfant dans la société française actuelle.

Sommaire :

- Bases théoriques et problématique
A. Tentative de définition des éléments théoriques
B. Questionnements et regard sur l’objet
C. Questions qui articulent cette recherche - En guise de méthodologie

- Partie 1 : La différenciation des catégories : un statut spécifique à l’enfance
I. Bref historique de l’émergence du statut spécifique de l’enfant
II. Monde de l’adulte – monde de l’enfant
III. Statut juridique de l’enfant

- Partie 2 : Rapports d’autorité entre enfants et adultes
I. Évolutions du rapport d’autorité
II. Conflits et manifestations de l’autorité de l’adulte
III. Dissymétries dans l’interaction verbale : « écoute un peu ce que les adultes te disent »
IV. Spécificités du rapport d’autorité

- Partie 3 : Mécanismes de légitimation et représentations de l’enfant
I. L’enfant dans le langage : les dissymétries sémantiques
II. Deux conceptions antagonistes de l’enfant : « sale petit démon » / « adorable chérubin »
III. Besoin de l’adulte et autorité
IV. La violence symbolique
V. La « naturalisation » de la catégorie enfance

- Éléments de conclusion : Apports et limites de la recherche, perspectives

12 mai 2008 - Collectif Libertaire Marius Jacob

Mai 68 : quelques repères historiques

(HTML) (PDF,1.6 Mo) (web)

Le texte qui suit ne constitue pas une énième analyse de Mai 68 et de ses conséquences. Il n’est pas non plus le fait d’un historien. Son seul mérite serait de mettre (ou remettre) en mémoire la trame, non exhaustive évidemment, des "événements", assortie des traits qui nous ont paru importants. Nous avons dû faire des choix…
Pour écrire ces lignes, nous avons largement fait appel à un certains nombres d’ouvrages déjà "anciens". Notre parti pris fut de valoriser le courage des révolutionnaires authentiques, de souligner les attitudes autoritaires et de ne pas minimiser les saloperies du gouvernement gaulliste et des complices de tous bords du pouvoir étatique.

Nous n’en finirions pas de citer les groupes et "catégories" dans lesquels une majorité, sinon une forte proportion d’individus, alors en grève illimitée, contestaient - hors théorie mais avec parfois une lucidité et une radicalité d’une ampleur inédite - le monde qu’il subissaient et la vie que le capital leur avait imposée ou qu’ils avaient acceptée par facilité, obéissance ou résignation, des instituteurs aux fossoyeurs, en passant par les cadres, les publicitaires, les musiciens professionnels et les footballeurs… L’heure était à l’urgence de vivre, à la contestation du travail et de toutes les hiérarchies, au « vivre sans temps mort, jouir sans entrave ».

1er janvier 2008 - anonymes

Pour en finir avec les prisons pour mineurs

(HTML) (PDF,2.5 Mo) (PDF,6.5 Mo)

Septembre 2007, déjà quatre des sept Établissements Pénitentiaires pour Mineurs - en construction depuis 2005 - sont opérationnels. Ces prisons d’un nouveau type ont ouvert, début juin 2007, leurs portes à quelques jeunes malchanceux, pour mieux les refermer brutalement derrière eux. Cellule, coursive, psychiatre, cellule, cours scolaires, matons, salle de sport, « éducateurs » en mal d’autorité, parloir, barreaux, juges, mur d’enceinte, béton, cellule, cellule, cellule... Voilà ce qui attend les jeunes enfermés !

Depuis deux ans, pourtant, une lutte timide mais déterminée a vu le jour, notamment aux abords des sites de Lavaur (Tarn), Orvault (Loire-Atlantique), Meyzieu (Rhône) et Porcheville (Yvelines). De campagnes d’information en réunions publiques, d’occupations de chantier en sabotages, cette mobilisation contre les prisons pour mineurs a pris de multiples visages. Sachant que cette bataille est à peine commencée, voici un état des lieux de la mise en place des EPM et des luttes et réflexions qui s’y opposent résolument. Même s’il est loin d’être exhaustif, ce « dossier d’information » propose de revenir sur l’historique, le contexte et la mise en oeuvre de la construction des prisons pour mineurs, avant d’avoir un aperçu de la mobilisation contre ces nouvelles taules (tracts & textes, chronologie des actions...). Les contacts des nombreux collaborateurs locaux pourront également intéresser certains... Enfin, un plan des chantiers, qui circulait en juillet 2007 sur internet, est reproduit en annexe du dossier.

Finissons-en avec les prisons pour mineurs !

17 novembre 2007 - Nadarlana

Récit et impressions sur le mouvement dit « anti-CPE » à Montpellier

(HTML) (PDF,1.4 Mo)

Cette brochure est un extrait d’un mémoire de sociologie rendu à la fin de l’année. Le mémoire dans son ensemble est un projet de thèse sur les imaginaires et pratiques radicaux aujourd’hui. Il devait contenir une espèce de chapitre de la future thèse. L’objectif de départ était de présenter et d’analyser le contenu des brochures que l’on trouve dans les infokiosques. Mais l’auteur étant totalement impliqué dans l’action, il n’a rien foutu. Alors au moment de rendre son mémoire, il a préféré raconter ce qu’il avait vu durant le mouvement. C’est cette partie qui est présentée ici. On remarquera donc que le style employé n’est pas aussi énervé que l’auteur aurait voulu...

Bonne lecture quand même !

5 juillet 2007 - Zo d’Axa

Au Biribi des gosses

(HTML) (PDF,299 ko)

Deux articles parus dans La Feuille, journal édité par Zo d’Axa, suivis d’un extrait du récit De Mazas à Jérusalem, puis d’une notice bibliographique sur l’auteur, de la plume de Béatrice Arnac d’Axa. La Feuille est éditée de 1897 à 1899, reprise dans une antologie, Les feuilles, Paris, 1900. Les illustrations sont de Luce et Steinlein.

9 juin 2007 - Collectif Alertez les bébés

Dans le Ventre de l’Ogre

(HTML) (PDF,1.5 Mo) (PDF,922.4 ko) (web)

De Ferry (Jules) à Ferry (Luc), en passant par Jospin et Fillon, les réformes en matière d’éducation poursuivent et développent toutes la même logique : le formatage des esprits et des corps, l’adaptation de tous aux lois du marché, la mise au pas du monde scolaire. Au-delà des luttes corporatistes et des contestations parcellaires, ce recueil de textes prend le parti de nourrir la réflexion sur la fonction même de l’école, de disséquer le « ventre de l’ogre »...

Sommaire :
- Introduction
- L’utopie au piquet
- Psychiatrisation scolaire, les recommandations des "experts"
- La vie sexuelle conditionnée
- Idéologie sécuritaire : un concept qui fait école
- Témoignage d’une collégienne (avril 2002)

12 janvier 2007 - Anonyme

Brûle ton école !

(HTML) (PDF,391.6 ko)

Une critique radicale de l’école, sous forme de petits contes...

Une école tout à fait ordinaire...
I- Examens
II- Travaux pratiques
III- Histoire des sciences
IV- Message prioritaire du XXIIème au XXIème

Moralité : Brûle ton école !

15 juin 2006 - Emilie Lamotte , Shalazz

Emilie Lamotte [1877-1909]

(HTML) (PDF,1.7 Mo)

1877-1909 : Emilie Lamotte. Anarchiste, ancienne institutrice, néo-malthusienne, auteure de brochures sur l’éducation et la contraception, d’une pièce de théâtre, rédactrice au Libertaire et L’anarchie, propagandiste, peintre et dessinatrice, milieu-libriste, nomade en roulotte et volage... Voici quelques uns de ses textes sur l’éducation, la contraception, l’amour, parus entre 1905 et 1911, brochures, articles de presse ou pièce de théâtre.

7 avril 2006 - Le CUL

Beautés de la Disconvenance

(HTML) (PDF,1.2 Mo)

Ces textes sont extraits du Papier CUL, journal aux allures variées qui servait d’organe de propagande aux délires du CUL (Comité Universitaire de Libération), publié entre 2003 et 2005, et remis en page ici par la CRETE (Cellule de Restitution Editoriale des Travaux Empiriques).

"A l’écart des AG, nous avons pu vivre des débats intenses, des repas collectifs, voir des tags apparaître, des murs se briser : une violence et une joie qui, pour une fois, n’étaient pas entravées par l’atmosphère tristement citoyenne des luttes étudiantes. Nous avons senti qu’à ce niveau se jouait tout autre chose qu’une simple contestation ponctuelle, qu’à cet endroit s’élaborait puissamment un refus de ce monde et de ces règles du jeu. Nous avons vu que, la disconvenance aidant, la lutte étudiante pouvait devenir, dans ses marges, un moment de communisation, un moment où le partage des pratiques et des expériences s’exprime telle une nécessité sensible pour abattre ce qui nous réduit. Peut-être nous appartient-il, à présent, de jouer avec cette disconvenance, d’utiliser ce mal-être que nous avons en partage avec bon nombre de ceux qui nous entourent, dans notre pratique politique quotidienne."

11 janvier 2006 - Jean-Philippe Joseph, Christine Rojewski, Jean-Pierre Joseph

Ne laissez pas les machines jouer avec les enfants

(HTML) (PDF,1 Mo)

Un pas vient d’être franchi dans la confrontation entre l’homme et la machine en milieu scolaire. Le 17 novembre 2005, vingt personnes habillées en clowns sont entrées en chantant dans le lycée de Gif-sur-Yvette, dans l’Essonne. Alors qu’ils exécutaient une saynète, deux dispositifs biométriques contrôlant l’accès des élèves ont été détruits à coups de marteaux. Trois personnes ont été arrêtées, battues par un surveillant et des élèves. Elles seront jugées par le tribunal d’Evry le 20 janvier 2006. Installés en 2004, ces dispositifs biométriques qui associent vérification de la paume de la main et frappe d’un code à sept chiffres n’avaient pas obtenu d’autorisation de la CNIL... peu importe.

13 octobre 2005 - Catherine Baker

Contre l’oppression des adultes sur les enfants

(HTML) (PDF,161.6 ko) (web)

"L’enfant est la propriété de l’adulte" remarque Catherine Baker, qui a bien du mal à se satisfaire de ce constat...
S’attaquant à la notion d’enfance, qui permet de justifier les rapports sociaux de domination des adultes sur les enfants, l’auteure se livre à un plaidoyer pour la désobéissance.
Extrait du livre Insoumission à l’école obligatoire, ce texte en constitue le chapitre 5 (dans ce livre, Catherine Baker s’adresse à sa fille de quatorze ans, qu’elle n’a pas mise à l’école).

La brochure téléchargeable en PDF propose à la suite du texte de Catherine Baker, "L’âge de raison", un court texte de David Olivier, publié en 1986 dans la revue Information, Réflexion libertaire.

26 août 2005 - Collectif

Des bouts du mouvement lycéen 2005 - Paris

(HTML) (PDF,497.3 ko) (PDF,500.2 ko)

Un des buts de cette brochure, au-delà de la volonté de témoigner / participer à l’histoire des luttes sociales, est d’inciter à agir, à ne pas rester passif ou isolé face au pouvoir. Celui-ci cherche à nous diviser : les lycéen-ne-s dans une case, les intermittent-e-s du pestacle dans une autre, les retraité-e-s encore dans une autre, les profs, les fonctionnaires, les chômeur-euse-s, les squatteur-euse-s, les sans-papiers, etc., en gros c’est chacun-e sa merde et plus ou moins chacun-e pour sa gueule, dans sa « corporation ». Ce mouvement lycéen a dépassé, par ses pratiques, son énergie, ses envies, le cadre strict des revendications lycéennes. C’était chouette, joyeux, enthousiasmant. Tout cela le sera encore plus quand il ne s’agira plus d’un mouvement « lycéen » ou « étudiant » ou même contre telle ou telle réforme, contre tel ou tel gouvernement, mais carrément pour un autre monde, d’autres modes de vie, d’autres pratiques collectives. Le mouvement lycéen a aussi démontré qu’il était possible de ne pas céder au chantage de la répression, et que l’action directe restait LE moyen de pression le moins sclérosant, celui qui permet de vivre pleinement nos luttes, sans délégation de pouvoir ni récupération politique. La rue reste un lieu privilégié pour les luttes sociales.

Pour ces raisons très subjectives, les textes mis en avant dans cette brochure sont avant tout des récits de manifs et autres actions. Ceux-ci peuvent être inspirants, motivants, en tout cas ils témoignent d’une possibilité d’agir, sans forcément avoir une expérience folle des manifs sauvages, par exemple... Ensuite, un texte revient sur la fameuse manif parisienne du 8 mars, et un autre sur certaines des raisons pour lesquelles il peut être intéressant de participer aux luttes lycéennes, notamment quand soi-même on n’est pas (ou plus) lycéen-ne.

14 juin 2005 - Anonyme

On voudrait nous apprendre à marcher en nous coupant les pieds

(HTML) (PDF,2.7 Mo) (PDF,2.7 Mo)

La fonction première de l’école est l’anéantissement moral de chaque individu passant entre ses mains.

3 juin 2005 - Le CUL

Class Wars

(PDF,3.1 Mo) (PDF,3.2 Mo) (PDF,3.1 Mo) (PDF,3.2 Mo)

Tandis que la boucle est bouclée du côté du spectacle cinématographique de Star Wars, la Crête du CUL vous propose une petite bédé détournée, renommée Class Wars. Ca parle des luttes lycéennes et d’autres trucs un peu stratégiques.

A imprimer, photocopier et diffuser, forcément.

17 mai 2005 - Anonyme

Hypothèses sur la maison des étudiants

(HTML) (PDF,16.2 ko) (PDF,7.7 ko)

Février 2005. Rennes, faculté de Villejean.
Irruption d’un nouveau bâtiment.

2 octobre 2004 - Anonyme

De la grève étudiante à la grève humaine

(HTML) (PDF,675 ko)

Analyse du mouvement étudiant de 2003-2004, écrite en mars 2004.
Perspectives de grève humaine.
Compilation de tracts.

7 juin 2003 - Des membres de l’Internationale situationniste et des étudiants de Strasbourg

De la misère en milieu étudiant

(HTML) (PDF,248.1 ko) (PDF,276.1 ko)

Texte scandale publié un an et demi avant mai 1968, à l’Université de Strasbourg par l’AFGES.