THEMES

Urbanisme

26 décembre 2016 - Collectif Prenons la ville

L’En-Ville 2

(HTML) (PDF,22.6 Mo)

L’En-Ville #2 - Quelques récits de transformations urbaines : Montreuil et Bagnolet, par le Collectif Prenons la ville, est paru en avril 2016 dans la banlieue est de Paris.

Sommaire :
- Edito
- Le collectif Baras
- Quel avenir pour les habitant-e-s du terrain de la rue de l’Avenir ?
- Monsieur Propre va à la chasse aux pauvres
- Les jardins partagés
- Divers

14 décembre 2016 - Borha Chauvet

Le collectif d’architectes

(HTML) (PDF,2.5 Mo) (PDF,2.6 Mo)

Tandis que les morts
deviennent zombies,
et quittent les cimetières
pour envahir nos villes,
les architectes
se transforment en collectifs,
abandonnent leurs agences
et occupent la rue.
Mais qui a laissé la porte ouverte ?

Sommaire :
- Tous aux abris !
- Gentrification ici, néocolonialisme ailleurs
- Vouloir sauver le monde de la noyade sans se battre contre tempête ?
- "La fête est finie"
- Architecte !

8 octobre 2016 - Mauvaise Troupe

NO TAV/ZAD Entretien n°11

(HTML) (PDF,3.3 Mo) (PDF,3.3 Mo)

«  La Credenza n’est pas un restaurant normal. C’est un restaurant, mais c’est aussi une association, un point de rencontre et d’accueil et c’est devenu un lieu d’élaboration politique. Tu dois être au milieu des gens, et donc pendant que tu manges une pizza, tu peux discuter. [...] Nous l’avons appelée la Credenza, c’est-à-dire à la fois le buffet que l’on trouve dans les cuisines et la croyance. C’est une référence à la règle des Dolciniens qui disait : "de chacun selon ses possibilités, à chacun selon ses besoins."  »

Entretien réalisé en plusieurs fois, entre la fin 2014 et le printemps 2016, pour transmettre un morceau de la lutte contre le TGV Lyon-Turin en val de Suse.

6 octobre 2016 - Mauvaise Troupe

ZAD/NO TAV Entretien n°10

(HTML) (PDF,2.1 Mo) (PDF,2.1 Mo)

"Il y a un combat à mener, on est une pièce de ce combat. Une pièce qui ne doit pas lâcher, donc on ne lâchera pas. Si dans six mois les CRS nous viraient et mettaient les vaches à la route, si ça se passait comme ça, on verrait combien ça leur coûterait politiquement en face. Je ne pouvais pas dire ça en janvier 2012, mais aujourd’hui je peux le dire. On pleurerait peut-être ce jour-là, mais on ne serait pas mis en morceaux, on aurait juste passé des moments difficiles et on aurait fait ce qu’on avait à faire."

Entretien réalisé en janvier 2015 au Liminbout, hameau de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, chez Marcel et Sylvie.

5 octobre 2016 - Mauvaise Troupe

ZAD/NO TAV Entretien n°9

(HTML) (portfolio) (PDF,1.6 Mo) (PDF,1.6 Mo)

"Pour moi, la volonté du long terme, ça vient de ma vie en squat, d’en avoir marre de devoir tout recommencer tout le temps, changer de quartier, de collectif, de ville, toujours tout reconstruire. Ça fait que quand je suis arrivée ici c’était avec l’idée que si j’y mettais les pieds c’était pour au moins dix ans."

Entretien réalisé en mai 2015, sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, dans la cabane de Jeanne, en présence de son amie Lætitia.

4 octobre 2016 - Mauvaise Troupe

ZAD/NO TAV Entretien n°8

(HTML) (PDF,1.1 Mo) (PDF,1.1 Mo)

«  Quand j’étais petit, mon voisin, il me disait : "Tu verras, là y’aura des avions, on ira les visiter avec l’école et ça sera la classe !"  »

Entretien réalisé sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes en février 2015, autour d’un cubi de vin blanc.

3 octobre 2016 - Mauvaise Troupe

NO TAV/ZAD Entretien n°7

(HTML) (PDF,2.8 Mo) (PDF,2.8 Mo)

"Je ne veux pas perdre ce que nous avons acquis jusqu’à aujourd’hui, je ne veux pas retourner au divan et à la télévision, et aux cartes au bar pour passer le temps en attendant la mort. La vie je veux la vivre jusqu’à la fin, et je la vis en luttant, pas en attendant là. Voir tant d’octogénaires de la vallée marcher, faire des kilomètres, participer à la lutte, être présents, construire, ça montre que c’est bon pour la santé, pour bien vivre le troisième âge !"

Entretien réalisé en italien en octobre 2014 à Bussoleno, pour transmettre un morceau de la lutte contre le TGV Lyon-Turin en val de Suse.

2 octobre 2016 - Mauvaise Troupe

ZAD/NO TAV Entretien n°6

(HTML) (PDF,2.6 Mo) (PDF,2.6 Mo)

« Je me souviens un peu du coup de téléphone. Le pote avec qui j’étais venu m’a dit : "Eh ça te dit pas qu’on aille habiter sur la ZAD ensemble ?" et je lui ai répondu : "Ben attends, t’es mignon je quitte pas ma vie du jour au lendemain".
Là j’ai fait le bilan de ma vie et en fait ma vie c’était un projet de cuisine itinérante alors, que j’habite ici où là-bas, ça changeait pas grand chose. Je vivais dans un appart’ qui ne me coûtait presque rien et que je pouvais quitter facilement. J’ai fini par dire que je le rappelais le lendemain ou dans deux jours le temps de faire le point. En fait j’ai rappelé au bout de 15 minutes : "C’est bon, on se retrouve dans deux jours sur la ZAD."  »

Entretien réalisé en février 2015, au dôme de Bollywood, en centre ZAD à Notre-Dame-des-Landes.

1er octobre 2016 - Mauvaise Troupe

NO TAV/ZAD Entretien n°5

(HTML) (PDF,3.5 Mo) (PDF,3.5 Mo)

"Moi, c’est pas pour faire l’héroïne, mais j’habitais encore à Asti à ce moment-là. Le soir à neuf heures, je mettais les petites au lit, je partais, et après une heure et demie de route, je venais passer la nuit ici, et à six heures du matin je repartais, car à sept heures les petites se réveillaient. Après quatre jours, je n’arrivais même plus à parler tellement j’étais crevée. Mais ici je me sentais bien, loin je me trouvais inutile. Il fallait que je vienne aider. Je dis toujours que la meilleure pizza que j’aie mangée, c’est celle que j’ai réchauffée une de ces nuits sur des restes de barricades enflammées."

Entretien réalisé en avril 2015, chez Alice à Bussoleno, pour transmettre un morceau de la lutte contre le TGV Lyon-Turin en val de Suse.

1er octobre 2016 - Mauvaise Troupe

ZAD/NO TAV Entretien n°4

(HTML) (PDF,1.7 Mo) (PDF,1.7 Mo)

« C’était le jour où il y avait le bordel dans la forêt de Rohanne. Et ce que j’y ai vu, la violence des flics, ça m’a énervée propre et net. Et depuis ça n’a pas arrêté de m’énerver. Ça ne m’a pas lâchée, ce jour-là je me suis dit : "Non mais faut faire quelque chose". Du coup, comme il y avait eu l’annonce dans le journal qu’il y avait un comité de soutien qui se créait à Blain... »

Entretien réalisé en présence de Jill, habitante de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, dans sa cabane, en février 2015.

29 septembre 2016 - Mauvaise Troupe

NO TAV/ZAD Entretien n°3

(HTML) (PDF,1.8 Mo) (PDF,1.7 Mo)

"Un presidio c’est bien si tu veux faire la fête, pour manger, mais le vrai presidio ne doit pas avoir de toit, ne doit pas avoir d’adresse, le presidio c’est nous quatre, là, où que nous soyons, si on a un cœur qui bat et qu’on est contre le système. Le presidio c’est le ciel, c’est nous, et les presidi disparaîtront si notre envie de continuer à nous battre disparaît."

Entretien réalisé en avril 2015, sur le marché de Sant’Ambrogio, pour transmettre un morceau de la lutte contre le TGV Lyon-Turin dans le val de Suse.

28 septembre 2016 - Mauvaise Troupe

ZAD/NO TAV Entretien n°2

(HTML) (PDF,3.2 Mo) (PDF,3.2 Mo)

"Les naturalistes et les punks, ce sont deux univers qui ne se rencontrent pas souvent, encore que je me sente finalement assez punk."

Entretien réalisé début mars 2015 à Bollywood, ZAD de Notre-Dame-des-Landes.

27 septembre 2016 - Mauvaise Troupe

NO TAV/ZAD Entretien n°1

(HTML) (PDF,3.6 Mo) (PDF,3.6 Mo)

« Alors je commence à laisser mes compagnons de cellule, mais je te jure que ça me plaisait pas parce qu’on était... Ce détenu et moi, on espérait tous les deux sortir, alors j’ai commencé à saluer les uns et les autres, à un moment on entend crier : "Nucera, tu veux sortir ou rester là ?", et je réponds : "vous m’avez emmené ici, vous m’avez fait rencontrer plein d’amis et maintenant vous voulez me chasser dehors sans que je les salue ! Si vous voulez fermer les cellules, fermez-les, je resterai encore une nuit ici, mais je dois tous les saluer avant de m’en aller." »

Entretien réalisé le 14 avril 2015 au bar de Bussoleno, pour transmettre un morceau de la lutte contre le TGV Lyon-Turin en val de Suse.

12 avril 2016 - La Cavale

La guerre pour l’imagination

(HTML) (PDF,826 ko) (web)

Notre environnement change à toute allure. Et lentement mais sûrement, de façon presque inaperçue, nous aussi changeons en même temps. L’environnement nous change. Il influence nos faits et gestes, la conception de notre temps, nos mouvements, nos désirs et nos rêves.
Regarde cette ville. C’est un endroit qui se trouve constamment en état de changement. Le pouvoir y érige de nouveaux centres commerciaux et des prisons, y occupe les quartiers avec des milliers de nouvelles caméras et des commissariats supplémentaires, y construit des lofts pour les riches et pousse les pauvres en dehors de la ville, y étend les transports en commun pour que tout le monde puisse toutefois arriver chaque jour à l’heure à sa place dans l’économie.

[Repris de La Cavale.]

25 mai 2015 - André Gorz

L’idéologie sociale de la bagnole

(HTML) (PDF,238.5 ko) (PDF,240.4 ko)

Texte publié dans la revue Le Sauvage en septembre-octobre 1973, mais d’une actualité étonnante quant à la place de la bagnole dans nos vies et dans nos villes.

6 février 2015 - Jean-Pierre Garnier

Architecture et anarchie

(HTML) (PDF,790.4 ko) (PDF,765.4 ko)

À l’heure où certains réaffirment, comme les maoïstes en leur temps, vouloir « reprendre la ville », se la « réapproprier » ou l’« auto-gérer », il paraît nécessaire de reproduire des textes comme celui-ci. Nous rappelant, à travers la question de l’architecture, qu’il n’y a rien à se réapproprier dans ce monde, et renvoyant à leur véritable origine – le citoyennisme – toutes les illusions participatives des démocrates en tout genre. Après tout, que vient faire le re de « approprions-nous la ville », « reprenons la ville » ou « reclaim the street ». À quel moment les villes nous ont-elles appartenu ? Lorsque l’humanité fut chassée de ses terres pour habiter les villes construites comme des camps pour fixer et concentrer la main d’œuvre sous bonne garde ? Nous les avons construites, oui, en des temps immémoriaux ou récemment, mais nous ne les avons pas dessinées, nous ne les avons pas pensées, et elles n’ont pas été construites pour nous servir, mais pour servir les puissants et leur maintien de l’ordre, donc pour nous asservir. (Extrait de l’introduction)

20 octobre 2014 - Désurbanisme , Georges Bataille , Lewis Mumford , Non Fides

Gentrification, urbanisme et mixité sociale

(HTML) (PDF,2.1 Mo) (PDF,2.5 Mo) (web)

Recueil de textes contre la gentrification, notamment en région parisienne dans les années 2000-2010, mais pas seulement.

Au sommaire :
- Introduction au concept de gentrification (Paris, 2009)
- Lettre aux villes qui s’aseptisent (Genève, 2001)
- Chronique ordinaire de la gentrification dans le 19e arrondissement de Paris (Paris, 2009)
- Face à la guerre aux pauvres... (Paris, 2009)
- La Gentrification par l’art (Paris, 2009)
- On n’ira pas dans votre parc ! (Paris, 2005-2006)
- L’aménagement du territoire (extrait de "La Cité à travers l’Histoire", 1961)
- La prévention situationnelle (extrait de "Désurbanisme" n°19, 2005)
- La Chiourme architecturale (extrait de "Architecture, Documents" n°2, 1929)

10 juin 2014 - anonymes

Génocide et Spectacle

(HTML) (PDF,1.1 Mo) (PDF,4.7 Mo)

Une réflexion anarchiste sur le contexte à Rio de Janeiro : l’opération Choc de l’Ordre, la Coupe du Monde de la FIFA et les Jeux Olympiques d’Été de 2016 au Brésil.

Écrit en 2011, ce texte est le fruit d’une réflexion collective réalisée par des individus qui circulaient autour du squat anarchiste Flor do Asfalto [Fleur de Bitume], expulsé car il se trouvait dans l’œil du cyclone du projet de ré-urbanisation et du conséquent durcissement de la répression à Rio de Janeiro.

C’est une tentative de contribuer, en partant d’un point de vue anarchiste, à la clarification sur les processus de criminalisation de la pauvreté et de violence étatique déclarée contre les mouvements de résistance qui se sont rebellés contre de tels projets.
Cette initiative part aussi de l’intention de contribuer à la guerre sociale vu que les structures hiérarchiques de pouvoir s’auto-reproduisent depuis des siècles et se répètent dans des régions différentes à des moments différents.

29 novembre 2013 - Collectif Prenons la ville

L’En-Ville 1

(HTML) (PDF,8.9 Mo)

L’En-Ville #1 - Chroniques de la transformation du Bas-Montreuil et du quartier des Coutures à Bagnolet, par le Collectif Prenons la ville, est paru en juin 2013 dans la banlieue est de Paris.

Sommaire :
- Édito
- Insalubrité : prétexte ou réalité ?
- Démocratie participative, la vieille blague !
- Squats expulsés, foyers restructurés
- Dégâts collatéraux – Gentrification, une politique à part entière
- Les Rroms : la continuité des bidonvilles dans l’histoire de l’immigration
- Conclusion

23 octobre 2012 - Attila Kotànyi , Raoul Vaneigem

Commentaires contre l’urbanisme suivi de Programme élémentaire du bureau d’urbanisme unitaire

(HTML) (PDF,682.6 ko) (PDF,863.7 ko) (web)

L’urbanisme n’existe pas : ce n’est qu’une « idéologie », au sens de Marx. L’architecture existe réellement, comme le Coca-cola : c’est une production enrobée d’idéologie mais réelle, satisfaisant faussement un besoin faussé. Tandis que l’urbanisme est comparable à l’étalage publicitaire autour du Coca-cola, pure idéologie spectaculaire. Le capitalisme moderne, qui organise la réduction de toute la vie sociale en spectacle, est incapable de donner un autre spectacle que celui de notre propre aliénation. Son rêve d’urbanisme est son chef-d’oeuvre.
Extraits d’Internationale situationniste n°6, août 1961.

23 mai 2012 - Mathieu Rigouste

Retour sur la bataille de Villiers-le-Bel

(HTML) (PDF,668.4 ko) (PDF,778.5 ko)

Ce texte est extrait de "Vengeance d’Etat - Villiers-le-Bel : des révoltes aux procès" édité en 2011 aux éditions Syllepse.

Le 25 novembre 2007, Lakhamy et Moushin, deux adolescents de Villiers-le-Bel, décèdent suite à la collision de leur moto avec une voiture de police. Plusieurs nuits de révoltes éclatent, laissant s’exprimer la colère de centaines d’habitants qui refusent de croire à la version policière d’un accident. Des dizaines de policiers sont blessés, notamment par des tirs d’armes à feu.

La répression judiciaire succède à la pacification policière. Trois séries de procès ont lieu, apportant chacun leur lot de condamnations. Le 21 juin 2010, s’ouvre le procès des tireurs présumés.

Un procès pour l’exemple, au terme duquel cinq habitants de Villiers-le-Bel seront condamnés à des peines allant de 3 à 15 ans de prison, en l’absence de preuves, et essentiellement sur la base de témoignages anonymes.

15 octobre 2009 - anonymes

Contre les Jeux Olympiques de 2010 à Vancouver

(HTML) (PDF,2.5 Mo) (PDF,2.6 Mo)

Cette compilation de textes traduits de l’anglais ne prétend pas à être exhaustive, mais veut donner un aperçu de la forte lutte contre les Jeux Olympiques de 2010 à Vancouver et le projet capitaliste qu’ils accompagnent. Les traductions de ces textes glanés sur internet ont été reprises ou corrigées. Les images et dessins proviennent intégralement des divers tracts, brochures et fascicules diffusés à l’occasion de cette lutte contre les JO.

«  Pour saper le projet des Jeux Olympiques, les attaques et les interruptions doivent continuer d’aller au-delà du spectacle des Jeux. »

sommaire
>>> Les autochtones et 2010
>>> Sans conclusions. Tentatives anarchistes récentes dans le sud de la côte pacifique du Canada
>>> Riot 2010 ? Riot now ! Attaquer les Jeux Olympiques et leur projet : Canada, Grèce et Italie
>>> Frapper l’entièreté de la cible olympique
>>> Sports Action : actions directes contre les Jeux Olympiques

28 août 2009 - anonymes

De plages en cages...

(HTML) (PDF,2 Mo)

« Les migrations sont la conséquence des inégalités entre les pays occidentaux qui se pavanent de toutes leurs richesses, pendant que le reste de la planète crève la dalle. Même si, on ne le dit jamais assez, la grande majorité des mouvements migratoires s’effectuent d’un pays du « Sud » à un autre. Mais les migrants, avec ou sans papiers, sont aussi « ici », car la raison économique crée les besoins d’une main d’œuvre flexible à souhait, composant une catégorie de travailleurs nécessaire pour maintenir la pression (salaires, droits, conditions de travail) sur l’ensemble des salariés. Les sans-papiers forment ainsi les régiments de prolos qui permettent pour nombre de secteurs d’effectuer une confortable « délocalisation-sur-place » (BTP, restauration, services, agriculture...). Les migrations – et les politiques migratoires – sont une question de travail autant que le travail est une question de migrations : on se souvient des exodes rurals massifs du début de l’industrialisation (au sacrifice d’une agriculture vivrière raisonnée), on a aussi en tête l’organisation méthodique des mouvements pendulaires quotidiens (le « métro-boulot-dodo »), au cœur de l’« organisation scientifique du travail ». Rappelons que le travail est cette « évidence » dont dépend, vitalement, la célèbrissime « reproduction du capital », celle-là même qui voudrait faire tourner en rond ce monde. Au-delà des manœuvres électoralistes, les chiffres et les pratiques des expulsions constituent surtout une menace supposée efficace pour maintenir dans la docilité cette main d’œuvre. »

4 mars 2009 - Anonyme

L’occupation du territoire par l’art et la gentrification

(HTML) (PDF,817.5 ko) (PDF,818.1 ko)

Nous avions l’intention, initialement, d’analyser le rôle de l’art dans la transformation, au bénéfice du capital, du quartier ouvrier délabré de Lower Manhattan, à New York. Au cours de nos recherches et de nos discussions, nous avons réalisé que ce qui était arrivé à Lower Manhattan ne relevait pas de l’incident isolé, mais faisait partie d’un processus caractéristique d’accumulation du capital avec l’art comme protagoniste majeur, entraînant la transformation générale de l’espace urbain. Nous pensons que la culture agit de façon globale, comme l’un des éléments de la régénération des centres-villes, en s’adaptant par divers moyens aux différents lieux. Il semble qu’il existe deux stratégies en la matière : l’art en tant que facteur de gentrification manipulé par l’Etat comme à Lower Manhattan ; et l’art comme nouvelle base pour l’accumulation du capital dans les quartiers ravagés par le déclin de l’industrie traditionnelle.

Cette traduction de l’article « The Occupation of Art and Gentrification » a été effectuée au cours de l’automne 2007. Ce texte fut initialement publié en anglais dans le recueil No Reservations — Housing, Space and Class Struggle, édité à Londres en 1989.

4 janvier 2009 - Julius

Nothing to lose

(HTML) (PDF,258.2 ko) (PDF,472.6 ko) (web)

Texte écrit à chaud par un camarade français, de passage à Bristol (en Angleterre) lors des émeutes du quartier Saint-Paul en septembre 1986.

En Grande-Bretagne, malgré l’offensive de l’Etat et des défaites sérieuses comme celle de la grève des mineurs, l’esprit d’insoumission reste vivant. Aussi, quel plaisir d’être au bon endroit, au bon moment, pour prendre part aux réjouissances !

15 janvier 2008 - Mike Davis

Dubaï, entre la peur et l’opulence

(HTML) (PDF,1.2 Mo) (PDF,604.2 ko)

Sous le règne de l’Émir-PDG Cheikh Mohammed el Maktoum, son despote éclairé âgé de 58 ans, Dubaï est devenue la nouvelle icône globale de l’ingénierie urbanistique d’avant-garde. Le multimilliardaire « Cheikh Mo » comme le surnomment les occidentaux résidents à Dubaï a une ambition explicite et totalement dénuée d’humilité : « Je veux être le Numéro Un mondial. »

« Quiconque n’essaie pas de transformer le futur restera prisonnier du passé. » Mais le futur qu’el Maktoum construit à Dubaï — sous les applaudissements des milliardaires et des multinationales du monde entier — s’apparente plutôt à un cauchemar émergé du passé : la rencontre d’Albert Speer et de Walt Disney sur les rivages de l’Arabie.

Mais les premiers signes de rébellion sont apparus à l’automne 2004, lorsque plusieurs milliers de travailleurs asiatiques défilèrent courageusement sur l’autoroute à huit voies Sheikh Zayed en direction du ministère du Travail. Ils y furent acueillis par la police anti-émeute et par des fonctionnaires brandissant des menaces d’expulsion massive. L’année 2005 fut marquée par des manifestations et des grèves de moindre envergure en signe de protestation contre le non paiement des salaires ou la dangerosité des conditions de travail.

12 juillet 2006 - Guy Debord , Internationale lettriste

Théorie de la dérive

(HTML) (PDF,21.6 ko) (PDF,138 ko) (web)

Ces quelques textes abordant la dérive situationniste et la question de la psychogéographie datent de la période de l’Internationale lettriste (en l’occurrence 1954-1956). Publiés à l’époque dans Les Lèvres Nues et dans Potlatch, les voici regroupés dans une même brochure par les éditions turbulentes.

28 juin 2006 - Evgueni Zamiatine

Nous Autres

(HTML) (PDF,975.5 ko) (PDF,1.1 Mo)

Écrite en 1920, Nous Autres est la première "contre-utopie" d’importance avant Le meilleur des mondes d’Huxley (1931) et 1984 d’Orwell (1948)...

Zamiatine allie une critique féroce du totalitarisme mathématique, rationnaliste et machiniste à une écriture particulièrement poétique et sensible...

22 novembre 2005 - Collectif

Récits et analyses de l’occupation du parc Paul Mistral

(HTML) (PDF,5.3 Mo) (PDF,5.3 Mo)

Les témoignages, analyses et images rassemblés dans cette brochure ont pour but d’alimenter la mémoire collective des luttes... en l’occurrence, celle d’une opposition aux projets destruction d’un parc et de construction d’un grand stade en pleine ville.

6 juillet 2005 - François Fourquet , Lion Murard

La ville-ordinateur

(HTML) (PDF,6.4 Mo)

Recherche sur les équipements collectifs. La ville moderne, commerciale et industrielle, se développe dans l’histoire comme moyen de production qui ne produit aucune marchandise spécifique. Qui ne fait que "distribuer" du capital sur le territoire urbain.

9 juin 2005 - Désurbanisme

Désurbanisme #19

(HTML) (PDF,38.7 Mo)

Le numéro 19 de Désurbanisme, pour la première fois sur internet.

Il est assez lourd à télécharger, mais il est toujours possible de le commander en version papier !

17 mai 2005 - Anonyme

Hypothèses sur la maison des étudiants

(HTML) (PDF,16.2 ko) (PDF,7.7 ko)

Février 2005. Rennes, faculté de Villejean.
Irruption d’un nouveau bâtiment.

12 mai 2005 - Jean-Pierre Garnier

"Urbaniser" pour dépolitiser

(HTML) (PDF,2.7 Mo)

Jean-Pierre Garnier démonte les stratagèmes politiques qui rendent la ville cause et solution de tous les maux, et la démocratie policière le seul horizon, ce qui permet de focaliser l’attention sur la "dure réalité urbaine", et non plus sur les problèmes causés par la société techno-capitaliste - de mauvaises réponses à une question mal posée.

7 juin 2003 - Anonyme

Lettre aux villes qui s’aseptisent

(HTML) (RTF,9.7 ko)

Lettre à un-e voisin-e, dans un quartier genevois que l’on nettoie de squats et de toute vie "populaire".