THEMES

Antinaturalisme

14 janvier 2020 - anonymes , dauphins libres

Heureux·se comme un·e dauphin·e captif·ve

(HTML) (PDF,1.8 Mo) (PDF,1.8 Mo)

Deux textes sont rassemblés ici :

Naître au delphinarium !
On nous présente souvent les dauphins nés captifs comme des dauphins heureux, des dauphins domestiques qui auraient oublié l’océan en moins d’une génération. Mais comment se sent un delphineau né dans de telles circonstances ? Comment réagit-il quand il se rend compte, à l’adolescence, que jamais il ne quittera l’univers confiné des bassins ? Comme un.e captif.ve, sans doute. Avec de la rage et du désespoir.

Mourir au delphinarium, des maladies aux suicides, comment des corps captifs périssent de façon prématurée.

Contre la captivité des animaux !

13 décembre 2019 - anonymes

L’avenir est une arnaque

(HTML) (PDF,1.5 Mo) (PDF,6.8 Mo) (PDF,7.8 Mo) (PDF,7.7 Mo)

Contre « l’hégémonie de la pensée nataliste et les conséquences qu’elle entraîne », ce texte y oppose, dans une perspective anarchiste, une réflexion autour du non-désir d’enfant.

« L’avenir, tel que nous l’imaginons actuellement, nous semble bien sombre. Que ce soit tel que promis par un capitalisme effréné ou par des révolutionnaires béats, pour nous, il s’apparente à une bonne grosse arnaque. Cette vision peut certes sembler pessimiste, cependant il n’est pas question d’attendre que les choses se passent sans rien faire. Lorsque l’on se noie, rien n’empêche de se débattre ; et même si il y a peu d’espoir, au moins on aura fait notre possible. Qui sait, des fois, cela peut nous sauver. Nous refusons de participer de façon positive à ce monde en y mettant de nouveaux êtres humains et par là de participer à son avenir. »

9 décembre 2019 - dauphins libres , zoos-de-france

Des animaux en captivité

(HTML) (PDF,1004.2 ko) (PDF,1 Mo)

Aujourd’hui, en France, il existe plus de 200 zoos ou assimilés, détenant entre 60 000 et 100 000 animaux ; on en compte 1 500 en Europe et plus de 10 000 dans le monde.

Cette brochure est une compilation de quatre textes (parfois légèrement modifiés, raccourcis et sans les vidéos présentes dans les articles originaux) :
- Les zoos en question, du site zoo-de-france.com
- Jardins zoologiques, cirques et safari parcs. 10 vérités bonnes à savoir !
- Le vrai visage de l’Industrie de la captivité
- Zoochose et stéréotypies, cette folie qui frappe les animaux du zoo (Les 3 derniers textes venant du site dauphinlibre.be)

Si je ne partage pas tous les points de vue de ces articles, j’ai voulu extraire ces textes critiques contre le système d’enfermement du zoo, qui argumentent sur le fait que non, les zoos ne sont pas des structures qui aident à la conservation des espèces, mais sont là pour un business, et qui abordent les conséquences sur les animaux enfermés et montrés aux humain.es.
Contre toute forme d’enfermement de tout individu.

25 novembre 2019 - souslaplage

Pour un antispécisme débarrassé de Peter Singer

(HTML) (PDF,937.6 ko) (PDF,1 Mo)

Peter Singer serait « le “père” du mouvement moderne de la cause animale ». Ainsi, massivement cité et pris comme référence, la critique de ses travaux est rare, voire absente. Pourtant, ses théories utilitaristes autour des autres animaux sont, entre autres, anthropocentrées et validistes. Sur d’autres sujets tels que les exilé·es et la pauvreté, il défend des idées racistes et néocoloniales. S’il est autant connu, c’est entre autres grâce aux soutiens de plusieurs milliardaires, et il leur rend bien la pareille en développant une caution philosophique qui justifie leur fortune et le système capitaliste.

C’est dans la volonté de démontrer ces éléments que ce texte a été écrit car il semble nécessaire de ne plus le citer à la légère. Ses théories sont, heureusement, moins présentes en France. Ne faisons pas de l’antispécisme une porte d’entrée pour lui et ses idées.

Pour un antispécisme intersectionnel.
Pour un antispécisme débarrassé de Peter Singer.

22 septembre 2019 - millefolium

Bestiaire inespéré

(HTML) (PDF,12.4 Mo) (PDF,4.1 Mo) (PDF,4.1 Mo)

Cette brochure rassemble ici une quarantaine de courtes histoires d’ingéniosité, de particularisme, de savoirs, de maltraitances humaines mais aussi de résistances qu’ont pu et que peuvent porter un certain nombre d’animaux (non humains).

De la centaine de millions de requins tués chaque année par les humain.es, à ces pieuvres qui ont réussi à s’échapper de leur zoo, d’une espèce de fourmis rongeuses des cables électriques aux rats kangourous pouvant survivre dans le désert sans boire d’eau, ce bestiaire est un hommage contre le spécisme, cette discrimination légitimant la destruction que peut se permettre l’être humain envers tout autre être vivant.

2 février 2014 - Yves Bonnardel

Idée de Nature, humanisme et négation de la pensée animale

(HTML) (PDF,314.3 ko) (PDF,400.9 ko) (web)

« Lorsque nous parlons de prendre en compte les intérêts fondamentaux des autres êtres sensibles, sentients, nous nous heurtons systématiquement à l’idée de Nature. Celle-ci est invoquée pour nier que les animaux sont des individus conscients, voire qu’ils éprouvent des sensations et des sentiments/émotions. Ils seraient de simples spécimens interchangeables de leur espèce, les rouages d’un ordre naturel, programmés, soumis à des instincts, ne réagissant qu’automatiquement à des stimuli. »

Qu’en est-il réellement ?

19 janvier 2014 - David Olivier

Qu’est-ce que le spécisme ?

(HTML) (PDF,2.8 Mo) (PDF,1.3 Mo) (web)

« Le caractère évident du spécisme, le fait que l’immense majorité des humains font partie des oppresseurs, est l’obstacle principal auquel se confronte l’antispéciste. »

L’article reproduit ici est une version légèrement modifiée d’un texte publié en avril 1991 dans la revue Informations et Réflexions Libertaires, dans la rubrique « Antispécisme ».

Au sommaire :
- Un peu de vocabulaire
- Ma position
- Racisme et spécisme
- Qu’est-ce que le racisme ?
- Qu’est-ce qu’un Noir ?
- Qu’est-ce qu’un humain ?
- Les humains ne sont pas égaux en intelligence
- Les gènes provoquent des différences d’intelligence entre humains
- Et alors ?
- Signes à la pelle
- Une idée comme une autre
- Les natures cachent le réel

15 avril 2011 - Yves Bonnardel

En finir avec l’idée de Nature, renouer avec l’éthique et la politique

(HTML) (PDF,1.8 Mo) (PDF,230.2 ko) (PDF,122 ko) (PDF,134.2 ko) (PDF,119.9 ko) (PDF,1 Mo) (web)

Ce qui est naturel est bien, répète-t-on. La Nature est un ordre, harmonieux, où toute chose est à sa place, qu’il ne faut pas déranger. Elle inspire un sentiment religieux de respect, au sens d’adoration et de crainte (comme de soumission devant tout ce qui nous paraît puissant et dangereux).

Sommaire :
- La révérence pour l’ordre naturel
- Nature et éthique : le saut de « ce qui est » à « ce qui doit être »
- Nature et discriminations intra-humaines
- Nature et spécisme
- En finir avec l’idée de nature, renouer avec l’éthique et la politique (conclusion)

8 février 2006 - Alice Schwarzer

Comment des êtres humains ont été transformés en hommes et en femmes

(HTML) (PDF,103.3 ko)

Ces deux textes, extraits de la deuxième partie ("La fonction de la sexualité dans l’oppression des femmes") du livre d’Alice Schwarzer La petite différence et ses grandes conséquences (paru en 1977 aux éditions des femmes) se penchent sur l’idée que les catégories "homme" et "femme" ne sont pas plus "naturelles" que ne l’est la norme hétérosexuelle...

16 octobre 2005 - Yves Bonnardel

De l’appropriation... à l’idée de Nature

(HTML) (PDF,309.2 ko)

Ce texte présente une analyse générale qui s’applique aussi bien aux idéologies raciste, sexiste... que spéciste, et qui remet en cause la naturalité qui est associée aux étiquettes "noir", "femme" ou "animal", étiquettes liées à des rapports de domination.

Ce texte a été publié en décembre 1994 dans la revue Les Cahiers antispécistes (Réflexion et action pour l’égalité animale).

3 février 2004 - Alain C.

John Zerzan et la confusion primitive

(HTML) (PDF,160.7 ko) (PDF,248.7 ko) (PDF,265.1 ko) (PDF,268.1 ko) (PDF,270.4 ko) (PDF,272.4 ko)

Les éditions l’Insomniaque ont fait paraître deux recueils des articles de J. Zerzan : Futur Primitif, en décembre 1998 (d’abord publié par Autonomédia, New York, 1994) et Aux sources de l’aliénation, en octobre 1999 (Elements of refusal, Left Bank Books, Seattle, 1988).

"Nous disons que ces textes sont une réécriture idéologique de l’histoire de l’humanité, que J. Zerzan se sert de différents travaux de préhistoriens, d’anthropologues et de philosophes à seule fin d’établir une idée préconçue de ce qu’est l’humanité, de ce qu’elle a été et de ce qu’elle doit devenir. L’idéologie de J. Zerzan est sans doute généreuse, et soulève par ailleurs des problèmes intéressants, mais elle n’est qu’une idéologie.

Les thèses de Zerzan ne semblent en outre, dans le petit milieu où elles ont été diffusées, n’avoir soulevé aucun débat, et n’avoir rencontré qu’une approbation ou une réprobation vague, du moins à notre connaissance. Le but de cette brochure est également de lancer ce débat, sur des bases plus concrètes."

- I - La préhistoire manipulée
- II - Aux sources de l’aliénation : un mixage idéologique
- III - Le communisme ne peut pas être "primitif"

15 juin 2003 - Estiva Reus

Préface de "La Nature" de John Stuart Mill

(HTML) (PDF,228 ko) (PDF,231.7 ko)

La Nature est un essai de philosophie morale de John Stuart Mill, préfacé ici par Estiva Reus.

Sommaire :
- La révérence pour l’ordre naturel
- Nature et éthique : le saut de " ce qui est " à " ce qui doit être "
- Nature et Droits de l’homme
- Nature et discriminations intra-humaines (racisme, sexisme...)
- Nature et spécisme
- La position défendue par Mill dans La Nature