AUTEURS

Joie de vivre

20 mai 2019 - Joie de vivre

Oeillères solidaires

(HTML) (PDF,83.9 ko) (PDF,109.7 ko)

Ce texte a été écrit en réaction à un article sur la solidarité publié dans le journal anarchiste Kairos. Dans cet article, « on parle de limiter sa solidarité aux personnes qui adoptent un certain type de comportement face à la justice, et de ne pas idéaliser les détenu.es. Très bien, j’ai envie d’ajouter que visiblement, il ne semble pas très malin d’idéaliser les anarchistes non plus, et pour moi incomplet de se préoccuper uniquement de leur comportement face aux keufs et à l’enfermement.
Ma réflexion part notamment du constat que de nombreuses personnes dites "compagnonnes" se retrouvent impliquées dans des histoires d’agressions ou de viol, d’autres dans des dynamiques autoritaires, et qu’encore plus nombreuses sont celles qui ne veulent pas prendre position sur ces thématiques. Et que lorsque ces personnes subissent la répression, les initiatives de solidarité fleurissent, parce que se sont des personnes "en révolte".
 »

1er décembre 2017 - Anatole N. , anonymes , Joie de vivre , Mononoke

Pour un antispécisme anarchiste et nihiliste

(HTML) (PDF,912.4 ko) (PDF,898.5 ko)

Compilation de textes et de récits d’attaques autour de l’antispécisme.

Sommaire :

  • Introduction
  • Libérer les animaux de l’antispécisme
  • Pour un antispécisme anarchiste et nihiliste
  • Laissons le véganisme sur les rayons des bibliothèques et reprenons la lutte
  • Actions directes
    • Mordre à nouveau — Bruxelles
    • Libération de visons — USA
    • Libération d’agneaux — Espagne
    • Offensives contre une boucherie et des prédateurs environnementaux — Chili
    • Libération de requins — Mexique
    • Attaque d’un élevage de visons — Italie

17 septembre 2017 - anonymes , Joie de vivre , Untorelli Press

Dangerous Space

(HTML) (PDF,659.9 ko) (PDF,652.8 ko) (PDF,784.5 ko) (PDF,653.8 ko) (PDF,416.9 ko) (PDF,472.9 ko)

Publié la première fois en anglais en 2012, Dangerous Space présente une praxis insurrectionnelle contre le genre.

« Il n’y a pas d’espace que nous puissions créer, dans un monde aussi endommagé que celui dans lequel nous vivons, qui soit exempt de violence. Le fait même que nous pensions cela possible parle plus de nos privilèges que quoi que ça soit d’autre. Notre seule autonomie réside dans la façon dont nous négocions et utilisons nous-mêmes le pouvoir et la violence. »