ailleurs


Sortie du livre « La révolte des Gilets jaunes - Histoire d’une lutte de classes » et de 3 livrets photos de luttes

mis en ligne le 10 juin 2020.

Le collectif Niet !éditions a le plaisir de vous annoncer la sortie de « La révolte des Gilets jaunes - Histoire d’une lutte de classes » du collectif Ahou ahou ahou, disponible à partir du 12 juin, en librairie et dans les lieux militants.

https://niet-editions.fr/catalogue/la-revolte-des-gilets-jaunes

Les Gilets jaunes semblent défier le pouvoir autant que l’analyse. Basé sur des expériences directes, ce petit livre interroge les pratiques qui s’y sont déployées – et parfois confrontées. Alors que chaque nouvelle séquence de la lutte a semblé effacer la précédente, on en retrace ici l’enchaînement : des blocages aux émeutes, des occupations de ronds points aux assemblées populaires, des appels à l’unité avec les forces de l’ordre à la critique de la répression.

Surgie et demeurée en dehors des cadres des forces politiques classiques, que nous dit cette révolte du cours de la lutte des classes ? Quels sont les mouvements qui l’agitent ? Quels débordements de l’ordre social laisse-t-elle entrevoir ?

Le collectif Ahou ahou ahou, formé à l’occasion de l’écriture de ce livre, est composé de quatre individus ayant traversé la lutte des Gilets jaunes à Paris, à Marseille et dans plusieurs petites villes du sud de la France.

« Tout le monde est d’accord là-dessus  : on assiste bel et bien, à la suite du mouvement des Gilets jaunes, à un phénomène de “gilet-jaunisationˮ des luttes et des manifestations sociales. Le terme a fait une entrée progressive dans le vocabulaire médiatique et militant. Il signifie quelque chose comme “ensauvagementˮ, “perte de contrôle par les cadresˮ. En ce sens, la “gilet-jaunisationˮ n’est finalement qu’une manière franco-centrée de se référer à la dynamique générale de la lutte des classes telle qu’elle se manifeste sur l’ensemble du globe. Un peu partout dans le monde en effet, voici venu le temps des luttes où les cadres politiques et syndicaux sont rejetés à la marge des mouvements, voici venu le temps de l’émeute. De l’Amérique latine au monde arabe, de l’Europe à l’Extrême-Orient se développent des luttes où les revendications sont multiples, diffuses, parfois contradictoires, regroupant des composantes sociales variées, se subjectivant sous la forme du peuple – des luttes où se mélangent plus ou moins harmonieusement des “classes moyennesˮ refusant leur marginalisation politique et des pauvres protestant contre les violences sociales qui leur sont faites. C’est la dynamique générale de la lutte des classes dans le moment actuel, avec l’étalement des mouvements sur des durées inédites, l’échec permanent des tentatives de négociation, la tension à la guerre civile. […] Nous savons que le plafond de verre est solide, nous le constatons nous-mêmes chaque jour. S’attaquer collectivement à sa propre reproduction en tant que travailleur n’est pas une mince affaire. C’est paradoxalement une chose plus difficile que d’affronter la police dans la rue  : on est seul, on a peur, les rapports de solidarité sont minés de toutes parts par la vulnérabilité des uns et des autres. Pourtant, derrière les flics, derrière le gouvernement, derrière l’État qui redistribue l’argent, il y a un rapport social structuré autour de l’exploitation du travail. C’est là le véritable cœur de l’organisation sociale  : il nous permet de manger, mais c’est en même temps le nœud de l’inégalité, de toutes les inégalités. Aucun système politique ne sera «  juste  » tant que perdurera cette exploitation. C’est donc bien sur ce terrain du travail qu’il faudra évaluer la portée historique de la gilet-jaunisation des luttes. »

« Si les Gilets jaunes n’ont certes pas “gagnéˮ, peut-on dire qu’ils ont “perduˮ ? Pas si sûr. Au contraire, leur simple existence et la façon dont ils ont poussé aussi loin que possible la dynamique d’insubordination sociale ouvrent la porte à toutes sortes d’espoirs déments. »

https://niet-editions.fr/catalogue/la-revolte-des-gilets-jaunes


Niet !éditions sort dans le même temps 3 livrets photos sur les luttes sociales actuelles

Disponibles à partir du 12 juin également. Pour chaque livret vendu, un euro sera reversé à une caisse anti répression.

Gilets jaunes à Paris – Novembre 2018 - Mars 2019. Photographies de Serge d’Ignazio

https://niet-editions.fr/catalogue/gilets-jaunes-a-paris

Le soulèvement des Gilets jaunes a ébranlé la France des riches durant de nombreux mois. À Paris, samedi après samedi, des milliers de manifestant·e·s ont déambulé au hasard des quartiers bourgeois pour exprimer leurs colères. Entre défilés tranquilles et émeutes populaires, barricades enflammées et « Ahou ahou ahou ! » scandés à tue-tête, affrontements avec la police et réappropriation de l’espace public, les Gilets jaunes ont donné à voir une autre image des rues parisiennes : celle de la révolte.

C’est cette révolte que les photos de Serge d’Ignazio, prises au cours des dix-huit premiers actes du mouvement des Gilets jaunes, nous donnent à voir.

Colère jaune – Ronds-points en Isère (Nov. 2018- mai 2019). Photographies de Pabloc.

https://niet-editions.fr/catalogue/colere-jaune

Le photographe indépendant Pabloc a suivi pendant plusieurs mois la vie sur les ronds-points des Gilets jaunes de la région grenobloise.

Du premier blocage massif d’une zone commerciale à la construction de cabanes sur les ronds-points, de l’expérimentation collective de la vie quotidienne aux assemblées de lutte, les Gilets jaunes isérois ont façonné localement, comme des dizaines de milliers d’autres dans le pays, un renouvellement de l’action politique.

Reportages à Voreppe, Crolles et Grenoble.

La bataille de la Plaine – Marseille 2018-2019. Photographies de Tomagnetik.

https://niet-editions.fr/catalogue/la-bataille-de-la-plaine

Alors que la municipalité, la métropole et la région essayent de « valoriser » le centre-ville de Marseille à coups de millions investis dans la rénovation urbaine, le quartier de la Plaine tente de résister à ce processus de gentrification. Fin 2018, les habitant·e·s se sont vigoureusement opposés au réaménagement de la place Jean-Jaurès, cœur populaire du quartier que la mairie cherche à « nettoyer » en vue de l’offrir en pâture à la consommation touristique.Les opposants ont ainsi mené une véritable bataille quotidienne contre la mairie, les bétonneurs et la police.

Les photos de Tomagnetik donnent à voir des moments de cette lutte, qui s’est étendue sur des mois.


Diffuser les bouquins

Si tout cela vous intéresse pour vos distros, infokiosques, bibliothèques autogérées ou tables de presse, n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse mail nieteditions @@@ riseup.net ou à aller voir sur https://niet-editions.fr.

A noter que pour la diffusion militante nous procédons à une ristourne sympathique ;)

Et de toute façon, à très bientôt dans la rue !


Les éditions

Créée début 2016, notre structure éditoriale est basée sur une organisation collective, avec des objectifs clairs : proposer, dans une perspective de lutte de classes, une diffusion large des idées et des pratiques anti-autoritaires et anti-patriarcales, et développer un outil collectif en lien avec les luttes.

Critique sociale et refus de toutes les formes de domination

Nous voulons publier des textes d’analyse de l’actualité ou d’histoire des luttes populaires et autonomes, en privilégiant les écrits issus d’une expérience directe de la réalité sociale : récits, témoignages, entretiens… Nous voulons imaginer une continuité entre l’histoire et le présent, entre la théorie et la pratique, pour aider à penser le monde actuel et la manière dont nous pouvons agir sur lui.

Structure d’édition collective et outil pour la lutte

Niet !éditions repose sur un fonctionnement non hiérarchique et se donne les moyens de proposer des livres pas chers, personne n’étant rémunéré au sein de notre collectif. Nous voulons faire des livres que chacun puisse s’approprier et faire circuler, pour aiguiser colères et nourrir imaginaires.